• cervo_header-notreimpact

    Investissements en recherche

    Impact de la Fondation

Un centre de recherche innovant

Un environnement garant de succès

La Fondation CERVO investit dans la recherche sur le cerveau et la recherche sur les maladies mentales. Elle s’est engagée à contribuer financièrement au développement du Centre de recherche CERVO. De cette façon elle permet aux équipes de recherche sur le cerveau et la santé mentale d’avoir les moyens et l’environnement indispensables pour l’atteinte de résultats.

La Fondation CERVO favorise ainsi une amélioration continue des techniques de diagnostic, de la prévention et des traitements précoces de certaines maladies du cerveau. Ces recherches sur les maladies mentales et le cerveau permettent de définir de nouveaux standards pour la médecine, en développant des approches multidisciplinaires utilisant des technologies de pointe.

C’est grâce au développement de nouvelles technologies utilisant la lumière, à des aménagements ultra-moderne, mais surtout au recrutement des meilleurs chercheurs au monde que cette transformation aura lieu.

Des chercheurs inspirants

Faire la lumière sur nos chercheurs

Yves De Koninck, Ph.D.

  • Professeur titulaire de psychiatrie et neuroscience, Université Laval
  • Professeur adjoint au department de Pharmacology & Therapeutics, Université McGill
  • Directeur, Centre de recherche CERVO
  • Directeur de la recherche, CIUSSS de la Capitale-Nationale
  • Directeur, Centre de Neurophotonique (https://neurophotonics.ca/fr)
  • Directeur scientifique, Sentinelle Nord
  • Membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé
  • Membre de la Société royale du Canada

Chaire de recherche du Canada sur la douleur chronique et les troubles neurologiques associés – niveau 1

Principales recherches :

  • La transmission synaptique : de la douleur chronique à la maladie d’Alzheimer
  • Des découvertes qui mènent à de nouvelles avenues de traitement de la douleur
  • Comprendre le vieillissement du cerveau et l’autisme
  • La multidisciplinarité comme moyen de pousser les limites de l’exploration du cerveau

Benoît Labonté, Ph.D.

Benoît Labonté est professeur au département de neuroscience et psychiatrie de l’Université Laval et chercheur principal au Centre de recherche CERVO. Il dirige la Chaire de recherche en partenariat – Sentinelle Nord en neurobiologie moléculaire des troubles de l’humeur.

Visionnez la vidéo de Benoît Labonté

Découvertes sur les différences dans le cerveau des hommes et des femmes souffrant de dépression : La recherche du Dr Benoit Labonté vise à comprendre les bases biologiques de la dépression et autres troubles de l’humeur avec un intérêt particulier porté aux différences entre les sexes. Bien que la dépression soit deux fois plus fréquente chez les femmes, la majorité des études précliniques ont été conduites principalement chez les mâles.  Les recherches du Dr Labonté ont démontré récemment que les gènes exprimés dans le cerveau d’animaux modèles et d’humains souffrant de dépression étaient très différents chez les deux sexes.

Marc Hébert, Ph.D.

  • Professeur titulaire.
  • Département d’ophtalmologie et ORL-chirurgie cervico-faciale Faculté de Médecine, Université Laval.
  • Directeur du laboratoire d’électrophysiologie visuelle et de photobiologie.
  • Directeur de l’axe Neurosciences cliniques et cognitives, Centre de recherche CERVO.

Principales recherches :

  • Découvertes prometteuses sur les effets de la lumière sur le cerveau, et l’utilisation de la lumière pour améliorer la santé des travailleurs de nuit et pour aider au diagnostic de maladies psychiatriques.
  • Améliorer la sécurité des travailleurs de nuit avec la lumière.
  • La rétine comme miroir du cerveau aidant au diagnostic des maladies psychiatriques.

Caroline Ménard, Ph.D.

Caroline Ménard

  • Professeur adjoint sous octroi, Département de psychiatrie et neurosciences, Faculté de médecine de l’Université Laval.
  • Chaire de recherche junior Sentinelle Nord.

Principales recherches :

  • Le stress chronique est associé à des changements au niveau neurovasculaire et neuroimmunitaire et il est possible que des différences individuelles soient responsables de la résilience versus vulnérabilité au stress et le développement de la dépression. Cependant, les mécanismes par lesquels ces systèmes interagissent avec le cerveau pour induire ces comportements demeurent à ce jour largement inconnu.
  • Une meilleure connaissance de la biologie neurovasculaire et neuroimmunitaire associée au stress pourrait permettre le développement de traitements novateurs et plus appropriés pour certaines populations de patients déprimés, notamment ceux souffrant de maladies neurodégénératives.
  • Une équipe menée par Caroline Ménard du Centre de recherche CERVO et de l’Université Laval pourrait avoir découvert pourquoi la dépression majeure affecte différemment les femmes et les hommes. Les analyses que cette équipe a effectuées sur des cerveaux de personnes qui, au moment de leur décès, étaient atteintes de dépression ont révélé la présence d’altérations dans la barrière du cerveau, mais ces altérations étaient localisées dans des régions cérébrales différentes selon le sexe. Les travaux de cette équipe, qui sont publiés aujourd’hui dans Nature Communications, ont aussi permis d’identifier un biomarqueur potentiel de la dépression chez les femmes. Lire l’article 

Pierre Marquet, Ph.D., M.D.

  • Professeur titulaire, Département de psychiatrie et de neurosciences, Université Laval
  • Titulaire, Chaire d’excellence en recherche du Canada sur la Neurophotonique
  • Directeur, Unité mixte internationale en neuro-développement et psychiatrie de l’enfant

Recherche : Identification de biomarqueurs de risque des grands troubles psychiatriques dans des populations vulnérables afin de développer des stratégies d’interventions précoces à visée préventive.

  • Les recherches du Dr Pierre Marquet visent à identifier chez les enfants vulnérables la présence de biomarqueurs de risque des grands troubles psychiatriques tels que la schizophrénie, les troubles bipolaires et la dépression sévère récurrente et ce bien avant l’apparition des premiers symptômes cliniques.  La détection d’un syndrome de risque infantile à partir de ces biomarqueurs permettrait la mise en place de prises en charge précoces, connues pour leurs efficacités et susceptibles de retarder ou même de prévenir l’apparition de ces maladies dans leurs formes les plus invalidantes telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Caroline Cellard, Ph.D.

  • Professeure adjointe.
  • Chercheuse au Centre de recherche CERVO et au Centre de recherche universitaire sur les jeunes et les familles (CRUJeF) de Québec.
  • Caroline Cellard et son équipe ont, entre autres, développé une trousse sur les atteintes neuropsychologiques qui touchent les jeunes de 12 à 17 ans.

Principales recherches : Ses intérêts de recherche et de clinique s’inscrivent dans la compréhension des mécanismes intervenant dans le développement des troubles mentaux sévères auprès d’adolescents et de jeunes adultes. Elle s’intéresse à la remédiation cognitive en tant que catalyseur pour favoriser le rétablissement des usagers en santé mentale.

Charles M. Morin, Ph.D.

  • Professeur titulaire, École de psychologie, Université Laval.
  • Directeur, Centre d’étude des troubles du sommeil.
  • Chaire de recherche du Canada sur les troubles du sommeil.

Principales recherches :

  • Il est reconnu mondialement pour ses travaux de recherche sur les troubles du sommeil et particulièrement l’insomnie.
  • Ses recherches ont mené au développement d’outils qui sont utilisés partout dans le monde.
  • Les recherches récentes du Pr Morin visent à développer des approches thérapeutiques pour aider les personnes souffrant d’insomnie.
  • L’équipe du Pr Morin étudie aussi les liens entre l’insomnie et plusieurs autres désordres, comme les traumatismes crâniens, l’anxiété, le stress, le cancer, les problèmes d’attention et la dépression.

Aider nos futurs spécialistes

Bourses Desjardins pour la recherche

Desjardins laisse sa trace dans plusieurs initiatives de la Fondation CERVO en vue d’améliorer le bien-être de notre communauté. Entre autres, Desjardins offre généreusement des bourses pour les étudiants du Centre de recherche.

Pour en savoir plus sur les six (6) boursiers de cette année, voici des capsules vidéos sur leur projet de recherche.

  1. Odessa Tanvi. Doctorat Faculté des sciences et de génie sous la supervision de Paul De Koninck.  Voir la vidéo
  2. Mohamad Sadegh Monfared. Doctorat Faculté de médecine sous la supervision de Benoît Labonté. Voir la vidéo
  3. José Luis Solano. Doctorat Faculté de médecine sous la supervision de Caroline Ménard. Voir la vidéo
  4. Imane Hadj-Aissa. Doctorat Faculté de médecine sous la supervision de Paul Dutchak. Voir la vidéo
  5. Roxane Hoyer. Postdoctorat École de psychologie sous la supervision de Philippe Albouy. Voir la vidéo
  6. Luisa Binder. Doctorat Faculté de médecine sous la supervision de Caroline Ménard. Voir la vidéo

Pour en savoir plus sur les six (6) boursiers 2020, voici des capsules vidéos sur leur projet de recherche.

  1. Anthony Bilodeau, étudiant au Doctorat – Faculté de médecine – sous la supervision de Flavie Lavoie-Cardinal (vidéo en français, durée de 2 min 30)
  2. Arthur Borderie, étudiant au Doctorat – Faculté de psychologie – sous la supervision de Philippe Albouy (vidéo en français, durée de 3 min)
  3. Banshi Nath, étudiant au Doctorat – Faculté de médecine – sous la supervision de Jean-Pierre Julien (vidéo en anglais, durée de 2 min)
  4. Edris Rezeai, étudiant au Doctorat – Faculté de médecine – sous la supervision de Jean-Pierre Julien (vidéo en anglais, durée de 2 min)
  5. Gabriel Fraser McKee, étudiant à la Maîtrise – Faculté de médecine – sous la supervision de Pascale Tremblay  (vidéo en anglais, durée de 2 min)
  6. Judith Kotiuga, étudiante au Doctorat – Faculté de médecine – sous la supervision de Geneviève Martin (vidéo en français, durée de 3 min)
Notre impact
Découvrez nos investissements en sensibilisation et enseignement
En savoir plus